Jules Verne

En cet ensemble, périmétré par le soixante-dix-huitième parallèle, les terres s'étendent sur quatorze cent mille milles et les mers sur sept cent mille milles carrés.

Intérieurement à ce parallèle, d'intrépides découvreurs modernes sont parvenus à s'avancer jusqu'aux abords du quatre vingt-quatrième degré de latitude, relevant quelques côtes perdues derrière la haute chaîne des banquises, donnant des noms aux caps, aux promontoires, aux golfes, aux baies de ces vastes contrées, qui pourraient être appelées les Highlands arctiques. Mais, au delà de ce vingt-quatrième parallèle, c'est le mystère, c'est l'irréalisable desideratum des cartographes, et nul ne sait encore si ce sont des terres ou des mers que cache, sur un espace de six degrés, l'infranchissable amoncellement des glaces du Pôle boréal.

Or, en cette année 189, le gouvernement de États-Unis eut l'idée fort inattendue de proposer la mise en adjudication des régions circumpolaires non encore découvertes - régions dont une société américaine, qui venait de se former en vue d'acquérir la calotte arctique, sollicitait la concession.

Depuis quelques années, il est vrai, la conférence de Berlin avait formulé un code spécial, à l'usage des grandes Puissances, qui désirent s'approprier le bien d'autrui sous prétexte de colonisation ou d'ouverture de débouchés commerciaux. Toutefois, il ne semblait pas que ce code fût applicable en cette circonstance, le domaine polaire n'étant point habité. Néanmoins, comme ce qui n'est à personne appartient également à tout le monde, la nouvelle Société ne prétendait pas « prendre » mais « acquérir », afin d'éviter les réclamations futures.

Aux États-Unis, il n'est de projet si audacieux ­ ou même à peu près irréalisable ­ qui ne trouve des gens pour en dégager les côtés pratiques et des capitaux pour les mettre en oeuvre. On l'avait bien vu, quelques années auparavant, lorsque le Gun-Club de Baltimore s'était donné la tâche d'envoyer un projectile jusqu'à la Lune, dans l'espoir d'obtenir une communication directe avec notre satellite. Or n'étaient-ce pas ces entreprenants Yankees, qui avaient fourni les plus grosses sommes nécessitées par cette intéressante tentative? Et, si elle fut réalisée, n'est-ce pas grâce à deux des membres dudit club, qui osèrent affronter les risques de cette surhumaine expérience?

Qu'un Lesseps propose quelque jour de creuser un canal à grande section à travers l'Europe et l'Asie, depuis les rives de l'Atlantique jusqu'aux mers de la Chine, ­ qu'un puisatier de génie offre de forer la terre pour atteindre les couches de silicates qui s'y trouvent à l'état fluide, au-dessus de la fonte en fusion, afin de puiser au foyer même du feu central, ­ qu'un entreprenant électricien veuille réunir les courants disséminés à la surface du globe, pour en former une inépuisable source de chaleur et de lumière, ­ qu'un hardi ingénieur ait l'idée d'emmagasiner dans de vastes récepteurs l'excès des températures estivales pour le restituer pendant l'hiver aux zones éprouvées par le froid, ­ qu'un hydraulicien hors ligne essaie d'utiliser la force vive des marées pour produire à volonté de la chaleur ou du travail ­ que des sociétés anonymes ou en commandite se fondent pour mener à bonne fin cent projets de cette sorte! ­ ce sont les Américains que l'on trouvera en tête des souscripteurs, et des rivières de dollars se précipiteront dans les caisses sociales, comme les grands fleuves du Nord-Amérique vont s'absorber au sein des océans.

Il est donc naturel d'admettre que l'opinion fût singulièrement surexcitée, lorsque se répandit cette nouvelle ­ au moins étrange ­ que les contrées arctiques allaient être mises en adjudication au profit du dernier et plus fort enchérisseur. D'ailleurs, aucune souscription publique n'était ouverte en vue de cette acquisition, dont les capitaux étaient faits d'avance. On verrait plus tard, lorsqu'il s'agirait d'utiliser le domaine, devenu la propriété des nouveaux acquéreurs.

Utiliser le territoire arctique! En vérité cela n'avait pu germer que dans des cervelles de fous!

Rien de plus sérieux que ce projet, cependant.