que? ...

--Il faut vous accuser! ... Que risquez-vous? ... Quelques jours de prison? ... Bagatelle! ... Nous saurons bien vous tirer de là!

--Mais ... répondit Van Mitten, auquel il semblait qu'on disposait un peu bien sans façon de sa personne.

--Cher monsieur Van Mitten, reprit Ahmet, il le faut! ... Au nom d'Amasia, je vous en supplie! ... Voulez-vous que tout son avenir soit perdu, que, faute d'arriver en temps voulu à Scutari....

--Oh! monsieur Van Mitten! vint dire la jeune fille, qui avait entendu ce colloque.

--Quoi ... vous voudriez? ... répétait Van Mitten.

--Hum! se dit Bruno, qui comprenait bien ce qui se passait là, encore une nouvelle sottise qu'ils vont faire commettre à mon maître!

--Monsieur Van Mitten! ... reprit Ahmet.

--Voyons ... un bon mouvement!» dit Kéraban en lui serrant la main à la briser.

Cependant, les cris: «en prison! en prison!» devenaient de plus en plus pressants.

Le malheureux Hollandais ne savait plus que faire ni à qui entendre. Il disait oui de la tête, puis, il disait non.

Au moment où les gens du caravansérail s'avançaient pour saisir les trois coupables sur un geste du juge:

«Arrêtez! dit Van Mitten, d'une voix qui n'avait rien de bien convaincu. Arrêtez! ... Je crois bien que c'est moi qui ai....

--Bon! fit Bruno, cela y est!

--Coup manqué! se dit Scarpante, sans avoir pu retenir un violent mouvraient de dépit.

--C'est vous? ... demanda le juge au Hollandais.

--Moi! ... oui ... moi!

--Bon monsieur Van Mitten! murmura la jeune fille à l'oreille du digne homme.

--Oh! oui!» ajouta Nedjeb.

Pendant ce temps, que faisait la noble Saraboul? Eh bien, cette intelligente femme observait, non sans intérêt, celui qui avait eu l'audace de s'attaquer à elle.

«Ainsi, demanda le seigneur Yanar, c'est vous qui avez osé pénétrer dans la chambre de cette noble Kurde!

--Oui! ... répondit Van Mitten.

--Vous n'avez pourtant pas l'air d'un voleur!

--Un voleur! ... Moi! ... un négociant! Moi! un Hollandais ... de Rotterdam! Ah! mais non! ... s'écria Van Mitten, qui, devant cette accusation, ne put retenir un cri d'indignation bien naturel.

--Mais alors ... dit Yanar.

--Alors ... dit Saraboul, alors ... c'est donc mon honneur que vous avez tenté de compromettre?

--L'honneur d'une Kurde! s'écria le seigneur Yanar, en portant la main à son yatagan.

--Vraiment, il n'est pas mal, ce Hollandais! répétait la noble voyageuse, en minaudant quelque peu.

--Eh bien, tout votre sang ne suffira pas à payer un pareil outrage! reprit Yanar.

--Mon frère ... mon frère!

--Si vous vous refusez à réparer le tort....

--Hein! fit Ahmet.

--Vous épouserez ma soeur, ou sinon....

--Par Allah! se dit Kéraban, voilà bien une autre complication, maintenant!

--Epouser? ... moi! ... épouser! ... répétait Van Mitten, en levant les bras au ciel.

--Vous réfusez? s'écria le seigneur Yanar.

--Si je refuse! ... Si je refuse! ... répondit Van Mitten, au comble de l'épouvante. Mais je suis déjà...»

Van Mitten n'eut pas le temps d'achever sa phrase. Le seigneur Kéraban venait de lui saisir le bras.

«Pas un mot de plus! ... lui dit-il. Consentez! ... Il le faut! ... Pas d'hésitation!

--Moi consentir? Moi ... déjà marié? ... moi, répliqua Van Mitten, moi, bigame!

--En Turquie ... bigame, trigame ... quadrugame! ... C'est parfaitement permis! ... Donc, dites oui!

--Mais?....

--Epousez, Van Mitten, épousez! ... De cette manière, vous n'aurez pas même à faire une heure de prison! Nous continuerons le voyage tous ensemble! Puis, une fois à Scutari, vous prendrez par le plus court, et bonsoir à la nouvelle madame Van Mitten!

--Pour le coup, ami Kéraban, vous me demandez là une chose impossible! répondit le Hollandais.

--Il le faut, ou tout est perdu!»

En ce moment, le seigneur Yanar, saisissant Van Mitten par le bras droit, lui disait:

«Il le faut?

--Il le faut! répéta Saraboul, qui vint à son tour le saisir par le bras gauche.

--Puisqu'il le faut! répondit Van Mitten, que ses jambes n'avaient plus la force de soutenir.

Please Support the Classic Literature Library

Buy Jules Verne Books from Amazon.com

Keraban Le Tetu, Vol. II Page 42

French Authors

Jules Verne

Free Books in the public domain from the Classic Literature Library ©

Jules Verne
French Authors
All Pages of This Book